9 janvier 2020. « Kiril Mugerman, Transcription StockPulse c. 5000 mots »

Merci à StockPulse pour cette nouvelle interview. Lisez la transcription de notre conversation de +40 minutes avec M. Allan Barry Laboucan à ce lien,

Kiril Mugerman, Transcription StockPulse c. 5000 mots « HiddenTreasures » – Kintavar Exploration Inc.

KIRIL MUGERMAN: Si jamais vous venez au Québec pendant l’été, faites-le-nous savoir et vous ou l’un de vos auditeurs qui sont autour du Québec, de l’Ontario ou même des États-Unis – il est facile pour nous d’accueillir des gens qui viennent visiter le site.

Lisez un extrait de la conversation avec notre PDG, M. Kiril Mugerman et Allan Barry Laboucan,

KIRIL MUGERMAN: C’est comme ça que tout a commencé, puis nous avons levé 10 millions de dollars en 2018 sur le succès de ces résultats. C’était la première fois que nous avions une minéralisation primaire en cuivre au Québec en – quoi? Je crois que ça faisait plus de 20 ans? Nous avons fait participer la caisse de retraite du Québec. Ils détiennent, aujourd’hui, je crois 14% de l’entreprise.

ALLAN BARRY: Tous ceux qui écoutent l’émission ne sont pas conscients du type d’investisseurs que sont ces fonds, mais ils sont souvent comme des initiés. Ils ne l’achètent pas vraiment à des fins d’investissement, au lieu de vous donner du financement pour aller de l’avant et faire de l’exploration. C’est ce qu’ils promeuvent.

Le Québec a beaucoup d’intérêt à investir dans des projets locaux de mérite. Ils disent: «Nous allons prendre position. Nous voulons nous assurer que vous avez l’argent, nous voulons qu’il progresse. Si c’est un bon projet, nous réinvestirons à nouveau. Nous réinvestirons à nouveau. « Et ils ne vendent pratiquement pas avant de dire » OK. Nous pensons que ce projet n’est plus bon. »Ou s’ils doivent obtenir moins de 10% de propriété.

Ils essaient de rester en dessous de 10%, comme dans la plupart des établissements québécois. Dans notre cas, nous avons été la première entreprise «pré-estimation des ressources» où ils ont pris une position supérieure à 10%.

ALLAN BARRY: Et c’était SOQUEM?

Non, c’est la caisse de retraite du Québec, la CDP. Ils ont investi. Le Fonds du travail a investi. La Banque populaire a investi. Ces fonds ont pris une part très importante dans l’entreprise.

Je crois qu’au moment où vous regardez tous les groupes de capital-investissement qui détiennent les postes ici avec nous, ainsi que beaucoup de gens de la région où nous sommes – nous n’en avons pas encore vraiment discuté, mais les habitants de la région de MONT-LAURIER où nous avons trouvé ce bien sont investis.

Comme je l’ai dit, nous sommes en dehors des «zones aurifères du nord du Québec» traditionnelles. Nous sommes vraiment dans la région forestière.

Les habitants de MONT-LAURIER détiennent 25-30% de l’entreprise. Ce sont tous des investisseurs privés. Ils sont tous inférieurs à 10%. Certains détiennent 3, 4, 5% chacun et ils croient fermement au développement de leur région.

Leur région n’a pas d’exploitation minière.

Il y a une mine de graphite des années 60-70 qui est toujours opérationnelle et qui est la seule mine de la région. Toutes les mines de minerai de fer de GRENVILLE sont plus au nord.

ALLAN BARRY: Oui.

Nous avons levé dix millions de dollars et nous avons commencé à amener de nombreuses majors sur le site. Leur montrer ce que c’est. Tout le monde était très curieux et depuis lors, ça continue. C’est un processus éducatif pour l’investisseur car lorsque les gens voient cent vingt mètres de minéralisation de 0,34% de cuivre, ils pensent automatiquement que ce doit être un gisement de porphyre. Ce n’est pas.

C’est un cuivre stratiforme.

Ils se sont tellement écrasés que tout est plié.

Maintenant, c’était l’interprétation de 2017-2018. En 2019, vous faites référence à la tranchée. Nous avons fait beaucoup.

Pourquoi avons-nous fait autant de tranchées après avoir déjà terminé dix mille mètres de forage sur toute la propriété.

ALLAN BARRY: Parce que vous pourriez retirer la saleté du substratum rocheux et prélever des échantillons!

Correct. Nous pouvons obtenir beaucoup plus d’informations de la surface.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here